Accueil / Santé & Bien être / L’ovule vaginal : un moyen de traiter la mycose vaginale
ovule mycose

L’ovule vaginal : un moyen de traiter la mycose vaginale

La mycose vaginale est une affection assez fréquente que de nombreuses femmes développeront au cours de leur vie. À l’origine de démangeaisons, de sensations de brûlure et de pertes vaginales inhabituelles, elles sont une expérience plutôt désagréable qu’il convient de traiter rapidement bien qu’elles soient généralement bénignes. Heureusement, aujourd’hui de nombreux traitements sont disponibles sans ordonnances pour se débarrasser de ces maux aux symptômes multiples et gênants au quotidien. Parmi ceux-ci, on trouve notamment les ovules qui s’avèrent être très efficaces pour traiter une mycose.

Les origines d’une mycose vaginale

En cause dans le déclenchement d’une mycose vaginale : l’apparition et la prolifération de champignons microscopiques ou de levures inhabituels dans la flore vaginale. Ces derniers peuvent se développer pour diverses raisons comme un déséquilibre de la flore causé par un traitement à base d’antibiotiques, mais aussi par l’humidité. Ainsi, une mycose peut apparaître après le port prolongé d’un maillot de bain mouillé après la baignade ou de sous-vêtements encore humides ou trop serrés ou en matière synthétique. Les causes d’apparition du Candida Albicans, le champignon le plus fréquemment mis en cause dans ce type d’affection, sont multiples ce qui rend la mycose assez fréquente.

Comment traiter une mycose vaginale ?

Pour traiter une mycose vaginale en première intention, l’option la plus simple et néanmoins l’une des plus efficaces est sans aucun doute l’insertion d’un ovule. Celui-ci est disponible en pharmacie et dans les pharmacies en ligne sans prescription et permet de prendre en charge cette affection rapidement. Pour cela il est recommandé d’en utiliser un par jour, trois jours de suite. Son mode d’administration est aisé, il suffit de l’insérer dans le vagin, en position allongée, de préférence au moment du coucher, mais si cela n’est pas possible il suffit de prévoir de rester allongé 5 à 10 minutes après l’administration. Le traitement doit être poursuivi trois jours sans interruption même si les menstruations interviennent pendant ce délai, auquel cas on évitera l’utilisation des tampons. Par ailleurs, il est également préférable d’opter pour d’autres modes de contraception que le spermicide, les préservatifs et les diaphragmes dont l’efficacité peut être altérée par les ovules. Enfin, il convient de surveiller l’évolution de la mycose, si celle-ci venait à durer plus longuement même après le traitement, il sera nécessaire de consulter un médecin. De même, si d’autres symptômes apparaissent tels que des douleurs dans le dos ou dans le ventre, des nausées, des vomissements, de la fièvre, des saignements ou des pertes inhabituelles et malodorantes, il sera indispensable de consulter afin d’être sûr du diagnostic voire de réaliser des examens complémentaires. Pour finir, en cas de récidive, il peut être intéressant de réaliser une cure de probiotique en parallèle du traitement et d’adopter un savon adapté.

Vérifiez également

manque d'appetit

Pourquoi vous n’avez pas faim lors d’une séparation

Il ne fait désormais aucun doute qu’une véritable rupture amoureuse peut nous secouer jusqu’au plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *